Honey moon

Salut les amis, dans mon dernier article je vous ai raconté le jour de mon mariage à la mairie, mais qui dit mariage dit forcément voyage de noces et le nôtre c'est à Mahajanga que ça c'est passé. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est une ville dans le nord-ouest de Madagascar, située à environ 500 km de Tananarive la capitale, il faut environ une demi journée en taxi brousse pour la joindre. C'est donc l'un de ces fameux taxis brousse qu'on a pris pour y aller, c'est le moyen de transport incontournable à Mada, pas cher et dépaysement garanti! On est parti de Tana en début de soirée, on a préféré voyager de nuit pour éviter la chaleur de la journée qui est très pénible à vivre dans des voitures ou il n'y a pas de climatisation.
Le voyage c'est bien passé, au matin alors qu'on était plus très loin d'arriver, sur une grande ligne droite, une petite explosion  s'est faite entendre et aussitôt le véhicule s'immobilisa sur le bord, un pneu avant venait d'éclater et fort heureusement le conducteur ne roulait pas très vite à ce moment là, l'un des passagers a même dit que c'était grâce à une chanson religieuse qui passait alors dans l'auto-radio, que l'accident a pu être évité de justesse! quand je vous dis que les malagasy sont très croyants, je plaisante pas! Une fois réparé, le voyage se poursuivi et on arriva enfin à Mahajanga.
A l'arrivée on a pris un taxi qui nous a déposé devant nôtre hôtel, "le Tropicana", Il était encore tôt mais la chaleur se faisait déjà sentir, Mahajanga est l'une des villes les plus chaudes de tout le pays! Le Tropicana est un hôtel sympa, composé de plusieurs bungalows, d'un jardim très beau ou même un boa se promène, d'une piscine et d'un bar-restaurant. Après avoir déposé nos baggages et s'être reposé un instant on est parti direction le bord de mer en "tuk tuk", pour ceux qui l'ignore, c'est comme une espèce de moto à trois roues très courant dans les pays asiatiques, c'est un moyen de transport rapide et économique! On a fait quelques photos à coté du gros baobab qui est l'emblème de la ville, mangé une glace en contemplant le canal du Mozambique, nom donné à cette partie de l'océan Indien qui se trouve entre Madagascar et le continent Africain.


Le soir on est sorti dîner en ville, le restaurant du Tropicana était fermé pour travaux, à cette époque de l'année, c'est la saison basse et faute de clients beaucoup d'établissements sont contraints à la fermeture jusqu'à l'arrivée de la haute saison!
Le lendemain matin, direction la plage du "grand pavois", cette plage est à une dizaine de kilomètres de la ville, car à Mahajanga il n'y a pas de plage de sable, que des rochers! On a ramassé des coquillages, on s'est balader jusqu'au "cirque rouge" qui est un ensemble de rochers et de terre ocre, taillés par l'érosion! A midi on avait un petit creux et on s'est arrêtés dans un petit resto, avec des tables à même le sable et on à pu déguster des délicieuses langoustes grillées, péchés le matin même sur ce "canal du Mozambqiue" d'ou proviennent les meilleures crustacés au monde!


Le reste de la semaine on l'a passé à se promener dans la ville, sur le bord de mer mais aussi à essayer quelques uns des meilleurs restaurants de la ville, mention spéciale pour le "Karibou", un hôtel restaurant situé au bord de la falaise avec une vue plongeante sur la mer! Son restaurant en terrasse est très charmant et chapeau au chef cuisinier qui s'essaye à des plats proposant une cuisine alliant modernisme et tradition, alors certes parfois c'est pas toujours très réussi, comme ce magret de canard au miel et gingembre que j'ai commandé, j'apprécie le sucré salé mais il y avait bien trop de miel pour pouvoir déguster le magret dans toute sa splendeur! Par contre mon mari s'essaya à la langouste grillée et à chaque fois ce choix s'avéra payant, à vous aussi je vous le conseille, si vous êtes amateur de crustacés et que vous allez à Mada, optez sans hésiter pour une langouste, beaucoup de restaurants sur la côte  l'ont au menu presque tout au long de l'année, à défaut vous pouvez vous rabattre sur les "camarons" nom donné à de grandes crevettes, du genre gambas! Si vous n'aimez pas les fruits de mer, les brochettes de bœuf, qu'on appelle ici zébu, sont aussi un très bon choix et cela ne vous coûtera pas très cher, par contre évitez de les mangé par grande chaleur, d'ailleurs la plupart du temps on les trouve qu'à la nuit tombée, quand il fait plus frais! Les nems ou samossas de viande ou poisson sont aussi un choix judicieux, que vous pouvez acheter sur les bords de route de n'importe quelle ville de Madagascar.


Le jour du départ arriva et dans nos bagages on avait un panier de crabes vivants, si si je vous l'assure! afin qu'ils résistent à la chaleur et surtout au longues heures de trajet, on les a enveloppé dans de la boue fraîche, ils sont arrivés tant bien que mal à destination, un seul n'a pas pu tenir le choc! Sur le chemin de retour, mon chéri et moi avions des souvenirs pleins la tête, les images de notre séjour défilaient devant nos yeux, Mahajanga est une belle ville, on est tous les deux d'accord pour dire qu'elle est certainement la plus belle de toutes celle qu'on a visité jusqu'à maintenant, la propreté dans les rues et surtout une ambiance de coolitude qui se manifeste au travers de ses habitants, nous laisse penser que c'est un endroit agréable pour y vivre.
Le voyage est presque terminé, les hauts plateaux de Tananarivo sont déjà là, la pluie aussi, sorte de bénédiction pour la fin de notre périple. Je sais pas si on retourneras un jour, peut être avec nos enfants, mais une chose est sûre, Mahajanga on t'oubliera jamais!
Veloma!                                                                                                                                          

...et ils vécurent heureux

Dans un précédent article je vous ai raconté comment mon chéri et moi on s'est connu et fiancés, maintenant je vais vous raconter l'un des plus beaux jours de ma vie, celui de mon mariage. Ce jour on l'a attendu de pied ferme, on a du attendre presque deux ans, contre notre volonté, car quand on aime comme on s'aime tous les deux, on ne souhaite qu'une seule chose au monde, pouvoir se marier pour vivre ensemble et fonder une famille. Mais l'administration est ainsi faite, la bureaucratie est d'une lenteur épouvantable et on avait pas d'autre choix que d'attendre.
Mon fiancé que j'appelle momota maintenant (prononcez moumouta, ce qui veux dire "bébé" en langage enfantin à Madagascar) est arrivé de France une semaine avant le jour de notre mariage avec sa maman, qui était le seul membre de sa famille qui a pu l'accompagner. Les jours qui précédèrent la cérémonie servirent surtout aux préparatifs, visite chez le traiteur pour la nourriture et le gâteau, chez le notaire pour le contrat de mariage et une multitude d'autres petites choses à régler, mais on a quand même pu faire visiter à ma belle maman quelques endroits, c'était la première fois qu'elle venait, elle ne pouvait rester qu'une petite semaine et devait repartir le lendemain du mariage.
Le jour J arriva enfin, le samedi 14 février 2015, si ça vous a échappé, c'était un jour de Saint-Valentin, ce qui donne un coté encore plus fort et symbolique à l'acte! Il faisait très beau, avec un joli soleil alors que les jours précédents, la pluie avait été au rendez-vous presque quotidiennement. Avant de sortir, la coiffeuse est passée chez moi, j'ai opté pour des "anglaises" en mode "side hair", pour le maquillage j'ai décidé de le faire moi même et j'ai opté pour un maquillage moderne,soft et naturel, qui mettrait en valeur mon visage. En ce qui concerne la robe, j'ai choisis une robe faite sur mesure, simple mais belle, de couleur ivoire, que j'allais porter avec des escarpins noirs et une pochette "Christian Lacroix". Mon futur époux, lui avait choisi un costume deux pièces, de couleur marron, avec une chemise blanche et la cravate assortie au costume. Le choix de ces couleurs n'était pas anodin, on avait décidé que le thème du mariage serait l'ébène et l'ivoire, le chocolat faisant référence à notre mixité! Toute la déco, celle de la salle comme celle de la table avait été pensée avec ce choix de couleurs, des lampions marrons et ivoire, pareil pour les ballons et une nappe de table écru customisé avec des bandes de couleur marron sur les bords, que j'ai fait moi même. En ce qui concerne l'alliance, mon chéri me l'avait acheté il y a longtemps, une alliance en or jaune classique, de chez "Cartier". De commun accord on avait décidé de mettre nos alliances à la mairie au lieu d'attendre de le faire au mariage religieux. A la sortie, une voiture nous attendait mon cher et moi pour nous emmener à la mairie et vu que c'était loin, on avait loué un car pour transporter tous nos convives. De cette journée je retiens aussi la venu de mon papa qui m'a tenu par le bras et ensemble on est entré dans la salle de mariage. J'étais très émue par ce moment, je l'avais attendu et imaginé de A à Z depuis si longtemps et voilà qu'enfin j'allais pouvoir me marier avec l'homme que j'aime!
La cérémonie c'est bien passée, dans la bonne humeur, avec le maire qui semblait être quelqu'un de sympa. Une fois qu'on a échangés nos vœux et nos alliances on est allé faire quelques photos de groupe avec la famille avant de rentrer à la maison. Arrivés à la maison, dans le jardin, tout était préparé, on avait installé une tonnelle pour nous protéger en cas de pluie, parce qu'ici à Madagascar au mois de février on est en pleine saison des pluies! La table avait été dressée et un buffet composé de salés et sucrés nous attendait. On a bien mangé et on s'est bien amusé après, en dansant, mon grand frère Nick s'est chargé de la musique et il a mis tout le monde d'accord avec des chansons malagasy qui font remuer le popotin! Après un discours de mon père, ou il nous donnait sa bénédiction et un autre de momota pour remercier toute ma famille, en particulier ma mère et mon père, il était temps de partir, on avait réservé une chambre pour la nuit dans un hôtel très branchée du centre ville de Tana, le "Sakamanga" ce qui veux dire chat bleu en malgache. Pour l'anecdote, on était en route dans un taxi de marque  Citroen 2CV quand il s'est mis à beaucoup pleuvoir et alors qu'on était plus très loin de l'arrivée, le taxi datant des années 60 et en très mauvais état, a fini par lâcher prise dans une montée. Le conducteur, le pauvre, a essayé de réparer, mais la voiture ne voulais plus redémarrer, on a alors décidé de le payer et de continuer à pied, heureusement j'avais été prévoyante et j'avais apporté un parapluie, mais il tombait des cordes d'eau et au bout de quelques pas on était déjà trempés! nous nous somme réfugiés dans un petit café en attendant que ça se calme, mais la pluie ne voulais pas s'arrêter, à ce moment je me suis dit qu'on avais eu de la chance d'avoir eu du beau temps pendant toute la journée car s'il s'était mis à pleuvoir de cette façon au moment de la réception on aurait dû sans doute tout arrêter! Mon chéri est alors parti guetter à l'entrée du café voir si un taxi passait par là pour nous emmener jusqu'à l'hôtel et au bout de quelques minutes il a réussi à en arrêter un qui nous à déposer devant le "Sakamanga".
Après avoir rangé nos affaires dans la chambre et pris une douche on est allé dîner, le restaurant de l'hôtel est à l'image de l'établissement, avec une ambiance jeune et branché, mais la plupart des clients sont quand même des étrangers, ou des "vazahas" comme on les appelle ici à Madagascar. On a bien mangé et on nous a même offert les boissons comme cadeau de mariage. On est allé se coucher, pas pour dormir je vous rassure mais je m'abstiens de vous raconter la suite de la soirée à part que c'était wouaou!
Le lendemain on s'est levé de bonne heure, on voulait passer le reste de la journée avec ma belle maman qui rentrait le soir même en France par avion, moi et ma famille étions très contente qu'elle soit venu, malheureusement elle n'avait pu prendre qu'une semaine de congés pour assister au mariage mais c'était déjà bien et on a passé tous ensemble une super semaine.
Voilà comment ça c'est passé le jour de mon mariage civil, bientôt on va faire le religieux, car moi et momota sommes chrétiens et voulons que Dieu bénisse notre union. Pour conclure, je tiens juste à dire que je ne sais pas de quoi l'avenir sera fait, momota est l'homme de ma vie, celui que j'ai toujours voulu épouser, nous nous aimons plus que tout et croyons dur comme fer que cela durera pour l'éternité. Je crois en lui comme je crois en Jésus, le respect et la fidélité seront au centre de notre mariage. Merci momota chéri de m'avoir donné ce jour, de m'avoir épousé et d'avoir fait de moi une femme heureuse, je t'aime!

No more you and I but "Us", because we're being one part.

Pinou & chaton forever...

Mon pinou et moi nous sommes connu sur le net. On dit que l'hasard fait bien les choses mais moi je pense que c'est plutôt le destin. On a papoté pendant quelques mois jusqu'à ce qu'il se décide à venir me voir sur mon île, (en fait, j'habite une île qui se trouve dans l'Océan Indien et qui a pour nom Madagascar, eh non ce n'est pas seulement un dessin animé!). Il est donc venu de France en avion, au mois de juin 2013 et inutile de vous dire que j'étais toute excitée à l'idée de pouvoir enfin le voir en chair et en os! Lui aussi, m'avouera plus tard, qu'il était très content et impatient de me voir car depuis le début il y a eu entre nous une forte connexion. Moi j'avais craqué pour ses yeux, son regard intense à la star d'Hollywood  et il paraît que la première chose qui l'avait attiré en moi, à part ma beauté bien entendu, c'était ma joie de vivre.
J'étais donc là, à l'attendre avec ma mère et mon papi, chez qui mon doux et tendre allait dormir, car dans mon pays il est mal vu, qu'un homme vienne dormir chez la femme s'ils sont pas mariés ou du moins fiancés.
Il étais très tard, presque minuit et son avion avait une heure de retard, mais qu'importe, j'étais contente d'être là et pour rien au monde j'aurais voulu être ailleurs. Quand il est enfin arrivé, je l'ai aperçu au loin et je l'ai tout de suite reconnu parmi la foule immense, il était bien là, cet homme avec qui j'avais partagé mille et une choses mais avec qui il me restait encore tant à découvrir. Après un bisou très discret, oui je sais ce que vous allez penser, que après tout ce temps à attendre, qu'on aurais pu s'embrasser plus passionnément, c'est pas qu'on avais pas envie, bien sûr qu'on mourait de pouvoir le faire, mais d'une, il y avait ma famille et surtout, dans mon pays il est mal vu de s'afficher en public.
On est donc rentré chez mon papi et sur le voyage de retour je me souviens encore de sa main qui tenais la mienne et j'aurais presque voulu que le trajet en voiture s'éternise pour pouvoir goûter et apprécier d'avantage ce moment si magique. Quand on est arrivé, après les présentations d'usage et une prière de ma mamie (ah oui c'est vrai j'allais oublier, dans ma famille on est très religieux), on est donc parti se coucher, mais avant, je suis allée dans sa chambre lui souhaiter bonne nuit et on s'est embrassé pour la toute première fois, j'étais aux anges, je suis allée me coucher la tête dans les étoiles et j'ai pratiquement pas réussi à fermer l’œil de toute la nuit.
Le lendemain on s'est levé de bonne heure, malgré la fatigue on avait envie tous les deux de profiter au mieux de son séjour, on est donc parti se balader dans les rues d'Antananarivo (Tana pour les intimes). Je ne cessais de questionner ses yeux et son regard et j'essayais d'imaginer ses pensées. Après tout, il venait d'un monde si loin du mien. Ici les rues sont sales, pleines de nids de poule, les trottoirs, si on peux encore les appeler ainsi, pleins de marchands qui arrivent de toutes les régions du pays pour vendre leurs fruits, légumes ou toutes sortes de marchandises; les mendiants, dont beaucoup sont des enfants qui essayent de chipoter une banane ou un billet d'argent, le bruit et la pollution des vieilles voitures, rien de comparable avec le monde occidental dont il était originaire, et pourtant dans ses yeux je voyais de l'émerveillement, de la curiosité, pas de la compassion facile et gratuite que la plupart des étrangers peuvent avoir en découvrant un pays du tiers-monde pour la toute première fois, non, rien de tout ça chez lui, il n'essayait que de voir et retenir le coté positif de tout cela, que les gens de mon pays sont heureux malgré la pauvreté extrême qu'ils subissent, les valeurs comme l'entraide, la solidarité et la joie de vivre, et c'est bien l'une des choses qui me plaît tant en lui.
Le jour suivant, c'était le jour ou il m'a acheté la bague de fiançailles, on a passé une matinée toute entière à chercher chez les innombrables bijoutiers du centre ville, le pauvre, il a fait preuve d'une grande patience avec moi, faut dire que je savais très bien quelle genre de bague je voulais et on a pas arrêté tant que je l'ai pas trouvé. Une fois la bague achetée on est allé manger au café de la gare, ou plutôt de l'ancienne gare. C'est un bar-resto très branché de la capitale, fréquenté uniquement par les touristes, les expatriés et la bourgeoisie Malagasy. Le soir chez papi on a regardé le feu d'artifice car le lendemain c'était le jour de la fête nationale, le 26 juin.


Le 28 on a fêté mon anniversaire, mes 26 ans exactement. Mon chéri m'a offert un ordi portable, j'étais toute contente. Papi et mamie ont invité la famille et on a mangé des pizzas, le gâteau était une forêt noire que j'avais acheté avec mon pinou le matin même. J'étais si heureuse d'être là parmi les miens, ma mère, mon frère Nick que j'adore et sa femme Bodo, mon petit frère Nomena que j'ai presque élevé, mes cousins et cousines et surtout mon pinou! Mais si ce jour étais l'un des plus heureux de ma vie, ce n'était encore rien comparé au lendemain, jour de nos fiançailles!
C'est un samedi, 29 juin 2013 que mon chéri est venu demander ma main à ma maman et mon frérot mais aussi au reste de la famille. A Madagascar c'est comme ça, toute la famille est concernée et on fait une grande fête car c'est un jour très important. Mon pinou a réussi à passer le test, faut dire qu'il a eu droit à un interrogatoire digne des plus grands romans policiers, mais tout cela c'est passé dans la joie et la bonne humeur et nous voilà donc fiancés.
Les jours suivants on les a passé à visiter d'autres coins de mon pays, on est allé dans mon village natal, qui est en pleine jungle, dans une région retirée ou aucune voiture ou tout autre véhicule peut y aller faute de route. On a donc fait le chemin à pied, trois jours de marche, mais pinou et moi aimons ça, alors, c'était plutôt une partie de plaisir. On est aussi passé voir mon père pour que je lui présente mon fiancé, il habite une autre ville, Tamatave. Il est divorcé avec ma mère quand j'étais encore une enfant et il a refait sa vie avec une autre femme. Après la bénédiction de mon père on est rentré à Tana. Les vacances de mon chéri se terminaient, il allait partir en France. J'étais comme vous pouvez l'imaginer, très triste, tous les deux on venait de vivre des moments très forts en émotion et cette certitude qu'on avais tous les deux qu'on s'aimait beaucoup, s'est renforcée avec son séjour. Il m'a fait la promesse qu'il reviendra, qu'on se mariera et qu'on allait vivre ensemble pour toujours. J'ai beaucoup pleuré après son départ, mon cœur était comme déchiré par la séparation, je ressentais un grand vide et les jours qui suivirent je suis tombée malade avec de la fièvre mais au fond de moi j'avais la certitude que c'était bien lui l'homme de ma vie, celui avec qui je voulais passer le restant de mon existence, avoir des enfants et vivre une vie pleine de bonheur!


By Ando Teixeira


Le Baptême d'Aaron (27/ 07 / 2014)

Coucou,
Un post pour vous montrer quelques photos du baptême de mon neveu et bien sûr ma réalisation pour l'occasion.

En tant que Marraine, j'étais en charge de la confection du gâteau, mon frère et ma belle-sœur m'ont donné carte blanche avec la seule obligation de respecter le combo argenté, marron et blanc.

Le résultat a plu à tous, même à p'tit Aaron :)

Ouïe ouïe c'est froid  
         
                                   

 
     

Trop mignon mon petit pompon 

 Protect this little man, blessed by You yesterday. Guide his little feet to follow Your way. 


ت Hello World ت




Aujourd'hui j'ai enfin reçu le colis que mon Pinou m'a envoyé! J'ai pas résisté à la joie et j'ai hurlé et sauté partout comme une folle. Il y avait:

- un petit mot de mon chéri 
- un sweat à capuche "SuperDry"
- des moules à cupcake
- une miroir de poche
- des crèmes "Caudalie"
- un flacon de Zinc "Etat Pur" (le zinc, c'est de la bombasse pour la peau et je veux l'intégrer dans ma routine visage)
- un sautoir & un bracelet fantaisies
- des motifs thermocollants Hello Kitty ( pour mes projets DIY)

  J'ai vraiment été gâtée mais ce sont mes cadeaux d'anniversaire (dans 2 semaines) et des petits bonus parce que je suis fan de cosmétiques.

Donc j'ai voulu partager avec vous mes amis tous mes trésors "Because I'm Happy"!

~ Merci à pinou chéri ~